Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dépêche AFP du 16 juin 2010

16 Juin 2010 , Rédigé par Colibri et Dolfinu

Aventure-sport-handicap-MG,PREV
   Les amputés de l'Aventure: Frank, Thierry, Philippe... et les autres (MAGAZINE)
   Par Patrick FILLEUX
   =(PHOTO ARCHIVES)=
  
   PARIS, 16 juin 2010 (AFP) - Il manque une jambe à Frank, les deux bras à Thierry et les quatre membres à Philippe: ces trois hommes sont des combattants de la vie, des pourfendeurs de la "mauvaise fortune" qui se lancent sur terre et mer en d'audacieuses aventures pour montrer le chemin de l'espoir aux légions de compagnons handicapés ou malades.
   Stricto sensu, le qualificatif de "héros" épouse leurs défis: "personne qui se distingue par des qualités ou des actions exceptionnelles...", dit le Larousse.
   Pour les qualités, courage, volonté et abnégation sont leurs dénominateurs communs. Pour les actions... :
   Thierry Corbalan, 51 ans a perdu ses deux bras une nuit de mai 1988 à Mandelieu. Gardien de la paix au commissariat de la ville, il venait de quitter son service en pleine nuit lorsque lui vint l'envie de partir à la pêche sur le rivage de Mandelieu.
   Il évoque la terrible suite en quelques mots: "il faisait très humide. Ma canne à pêche était en carbone. Je me trouvais à proximité d'une ligne à haute tension. Un arc électrique s'est formé. J'ai pris 25.000 volts dans les bras. On a dû m'amputer deux jours plus tard".

 
                             "Bout de Vie"
                             -------------
   "Une nouvelle vie a commencé, ajoute-t-il d'un ton détaché". Thierry est un sportif accompli, judoka, nageur, coureur...
   Comme son métier de policier qu'il exerce toujours (service informatique) au commissariat d'Ajaccio, il ne conçoit ses activités sportives que comme un apprentissage au collectif.
   "Je vais montrer que nous sommes comme les autres avec leurs membres au complet", décide-t-il. Il gagne son premier grand défi en traversant à la nage et avec ses seules jambes, le 27 septembre 2009, les Bouches de Bonifacio entre Sardaigne et Corse. 16 km dans les courants et la houle.
   "Je double la mise cette année, annonce-t-il. Je vais tenter l'aller-retour au départ de Bonifacio le 25 septembre prochain. Le message que je veux délivrer aux personnes handicapées, c'est +osez+ ce qui vous paraît irréalisable. La performance je m'en moque, c'est mon engagement pour les autres qui seul compte".
   Thierry appartient à l'association "Bout de Vie", dont le créateur Frank Bruno, 45 ans, est l'unijambiste aventurier de l'extrême sur terre, montagnes et mer, figure charismatique du monde du handicap.
 
                     Le Channel sans bras ni jambes
                     ------------------------------
   Frank, pagaye en ce moment sur un kayak dans l'immensité de l'Alaska. Il tente de descendre seul et sans assistance, les 3.100 km de la Yukon River, entre Canada et mer de Béring.
   Il a perdu sa jambe à 18 ans, écrasée sous le train d'atterrissage d'un chasseur Crusader sur le porte-avions Foch au large du Liban en guerre en 1983.
   "Le mot espoir était sorti de mon vocabulaire. Mais c'est lorsque que j'ai cessé de ne penser qu'à ma petite personne, que j'ai créé +Bout de Vie+".
   "Mon message, résume-t-il, c'est +Si vous voulez, vous pouvez. N'écoutez pas ceux qui vous disent que tout est foutu. Eteignez la télé, bougez...+".
   Quand Thierry se mettra à l'eau à Bonifacio, Philippe Croizon, approximativement à la même date, plongera dans la Manche à Douvres pour tenter de nager jusqu'à Calais, les quelque 34 km du Channel.
   Il n'est pas le premier à se lancer à la conquête de "l'Everest de la natation", mais il est le premier à le faire... amputé des quatre membres.
   Thierry et Philippe, 41 ans, ne se connaissent pas, mais leur infortune est tragiquement ressemblante. Comme le premier, le second a été victime d'une ligne à haute tension en 1994 qui lui envoyé 20.000 volts dans le corps.
   Ses quatre membres ont été brûlés et amputés.
   Il tient le même discours que Frank et Thierry, relate son désespoir conjuré et transformé en volonté de combat pour lui et les autres.