Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivre son destin.

22 Janvier 2011 , Rédigé par Colibri et Dolfinu

Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.

(Denis Diderot 1713-1784)

 

Je fais parti des gens fatalistes ; les choses quand elles se sont passées c’est qu’elles devaient se passer. Bien sûr en disant cela je fais aussi référence à l’accident qui m’a privé de mes deux bras, je n’en vœux à personne et surtout je ne remercierai jamais assez Daniel d’être intervenu aussi vite pour que je reste de ce monde. Comme tous les accidentés je suis passé par des périodes très difficiles, mais finalement ces moments me permettent d’apprécier encore plus la vie aujourd’hui. En 1988 au centre de rééducation de Lamalou les Bains (34) j’ai vu arrivé Philippe un jeune rugbyman de 18 ans ; suite à un accident de moto il venait de perdre son bras gauche. Les infirmières n’ont pas tardé à me solliciter car le nouveau patient souffrait d’une importante dépression et la manière dont je vivais mes amputations pourrai peut être l’aider. Nous avons fait connaissance dans sa chambre car il refusait d’en sortir. Quand je me suis présenté j’ai vu l’expression de son visage se transformer jusqu’à un léger sourire, il semblait rassuré  finalement il avait de la chance d’avoir un bras !!! Nous avons fait plus ample connaissance et une chose nous était commune, le sport. Je lui expliquais que j’allais courir tous les jours sur les sentiers et les routes avoisinantes et à ma grande joie il décide de m’accompagner dans mon futur jogging. Dès le lendemain matin nous étions réunis pour trottiner quelques kilomètres. Philippe m’a accompagné tous les jours durant la période de son hospitalisation et je l’ai vu quitter le centre plein de projets, il avait même envisagé de piloter à nouveau un deux roues. J’étais fier de ce qui venait de se passer ce qui m’a amené a une réflexion sur l’accident du 23 mai 1988, « Et si tu as eu cet accident pour aider les autres à se relever ? » Je n’ai pas la réponse mais ce qui est sûr c’est que de le penser m’a profondément permis d’évoluer, être un porteur d’espoir me donne la motivation pour mes défis.